usaquen

Usaquen, un des plus beaux quartiers de Bogotá

Usaquén est LE quartier bobo pittoresque de Bogotá. C’est un must do dans la capitale colombienne. Malgré le fait que ce ne soit qu’un quartier de Bogotá, on s’y sent réellement comme dans un petit village a part. L’ambiance y est unique.

Il s’agit en réalité de la première « localidad » de Bogotá. Pour en savoir plus sur les localités, vous pouvez lire : La géographie de Bogota pour les nuls. Usaquén est composé de 156 quartiers qui vont de la calle 100 jusqu’à la 240 et qui se terminent à l’autopista à l’ouest.

Dans la réalité, quand on parle d’Usaquén on fait généralement référence à son centre, Parque de Usaquén et l’ensemble des rues qui l’entoure.

On trouve désormais dans ce quartier chargé d’histoire une foule de restaurants, de bars et surtout le marché aux puces du dimanche.

1.Histoire du quartier d’Usaquén

Avant d’être un quartier de l’immense ville de Bogotá, Usaquén fût un petit village appartenant à un peuple précolombien, les Muiscas.

Cette civilisation occupa la Colombie du 10ème au 16ème siècle. C’était le peuple le plus important de Colombie, avec un demi-million de personnes. Ils étaient surtout présents dans le centre du pays.

Les Muiscas étaient divisés en 4 sous confédérations. Le territoire d’Usaquén appartenait à la confédération nommée Bacatá.

Le village se situait donc à côté de la ville de Santa Fé (ancien nom de Bogotá) qui fût fondée en 1538. C’était un lieu de passage pour les voyageurs de la ville qui partait vers le nord-ouest, vers Tunja principalement.

Il semble que lors de l’arrivée des Espagnols, ceux-ci dénommèrent le village « Santa Barbara de Usaquén ».  Le village fut tout comme le reste du pays sous domination espagnole pendant très longtemps. En 1777, ils évacuèrent complètement la zone, déplaçant la population à Soacha (sud de Bogotá).  De nouveaux habitants arrivèrent plus tard (en majorité des étrangers) et commencèrent à construire de grandes haciendas.

Lors de la guerre d’indépendance de la Colombie (début du 19ème siècle), Usaquén est utilisé comme zone de campement par les troupes patriotiques. Jusqu’en 1816, date de retrait des troupes face à l’armée espagnole.

Le fait notoire suivant à Usaquén a lieu lors de la guerre civile en 1860. On eu lieu les batailles des 12 et 13 juin 1861 entre les troupes du parti conservateur et celle du parti libéral.  Ces derniers y remporteront la bataille et le Générale Mosquera, leader de l’époque se déclarera président provisoire.

A partir de fin du 19ème siècle, Usaquén devient le lieu de sortie des habitants de Bogotá, pour se promener et se divertir.

Usaquén devient officiellement un quartier de Bogotá en 1954, la population ayant augmenté et la ville ayant grandi jusqu’à Usaquén, englobant au passage Teusaquillo et Chapinero. En effet c’est en 1954 que Bogotá devient un « Distrito federal » et décide ainsi d’englober les localités d’Usme, Suba, Fontibon, Engativa, Bosa et donc Usaquén. C’est donc à partir de cette date qu’Usaquén cesse d’être un village de Cundinamarca pour s’intégrer à Bogotá.

Fin de 20ème siècle, Usaquén est déclaré monument national. Plus précisément la « Hacienda Santa Barbara » en 1985 et la gare d’Usaqén en 1996.

usaquen rue

2. La provenance du nom « Usaquén »

Plusieurs légendes, toutes provenant des Muiscas, expliquent le nom «Usaquén ».

Une tradition sanglante

Le nom de la ville d’Usaquén, selon la légende, proviendrait d’une tradition assez sanglante des Muiscas. Dans leur religion, les prêtres avaient une manière très particulière de construire certaines maisons ; celle des Caciques, les chefs de tribu.

Une fois les fossés qui allaient contenir les morceaux de bois de la maison creusée, ils mettaient dans chacun des trous une belle fille prépubère bien vêtue et qui venait d’une noble famille. Les prêtres inséraient ensuite les pièces de bois tuant et écrasant ainsi les jeunes filles innocentes, comblant ensuite le trou avec de la terre.

La croyance était que la bonne fortune des futurs habitants de ces maisons dépendait de la chair humaine et du sang dans ces fondations. Cette tradition était nommée « Usaque », « Usa » signifiant « dessous » et « que » signifiant « bois ». 

Un titre honorifique

Chez les Musicas, « Usaque » aurait pu être un titre honorifique donné par le Zipa (titre de noblesse du chef de la zone Bacatá). Il était octroyé aux Caciques de grandes lignées. On en déduit donc que le Cacique de Usaquén aurait pu être un Usaque de haute noblesse, un des favoris du Zipa.

Le nom d’une princesse.

Le nom d’Usaquén pourrait également provenir de « Usaca », qui était la fille d’un grand Cacique : Tisquesusa.  C’est le dernier Cacique de Bacatá, celui sous le règne duquel les Espagnols arrivèrent. Il fut assassiné par un soldat espagnol après 24 ans de règne. Sa fille, Usaca, aurait tellement impressionné le capitaine Juan María Cortés par sa beauté qu’il décida de renoncer à la guerre pour se marier avec elle. Les terres d’Usaquén lui furent alors confiées et on leurs octroya le nom qu’elles portent aujourd’hui.

Lire aussi : l’histoire de la princesse Usaca.

3. Que faire à Usaquén ?

-Le marché aux puces du dimanche

Tous les dimanches à Usaquén vous trouverez le « mercado de las pulgas » ou marché aux puces.  Vous pourrez vous y arrêter au milieu de votre sortie ciclovia. Il ne s’agit pas d’un marché aux puces classiques, ici vous trouverez toute la qualité de l’artisanat colombien, des objets de grande qualité, mais également des milliers d’objets souvenirs de Colombie.

C’est le plan parfait pour faire une ballade et sortir du centre de Bogotá le dimanche. L’ambiance est vraiment super et les produits de toutes les couleurs vous captiveront.

N’oubliez pas de négocier les prix avant d’acheter, c’est une pratique normale ici en Colombie. Et pensez à prendre du cash, peu d’artisans acceptent la carte bancaire.

Ouvert de 11h à 16h tous les dimanches. Situé Cra 7 # 118.

usaquen marche puces

-Aller manger au restaurant

Lire aussi : Les restaurants les plus originaux de Bogotá.

Usaquén est LE quartier avec les meilleurs restaurants de la ville. Vous en trouverez une multitude, pour tous les goûts et de toutes les provenances. Restaurant Colombien (évidemment), grecque, suisse, indien, italien, mexicain, etc. et la liste est encore longue. Vous y trouverez un restaurant français, La provence de Andrei. Les prix sont en moyenne plus élevés que dans les restaurants du centre de Bogotá.

Ce sont en général d’excellents restaurants. La zone est sure et très animé le soir.

-Aller boire un coup.

Vous trouverez également pleins de bars dans la zone d’Usaquén. Ce n’est pas un quartier pour faire la fête mais cela ne vous empêchera pas de trouver de super endroits pour aller boire un coup.

Vous y trouverez un Bogota Beer Company, un Irish Pub et plein d’autres.

-La place centrale d’Usaquén

C’est le “centre” d’Usaquén. Cette place est entourée de tous les bars, les restaurants, les cafés et c’est également le long de celle-ci qu’a lieu de marché aux puces le dimanche.

-La casa hacienda Santa Barbara

Construite en 1847, c’était à l’origine la maison de José Maria Sierra, aussi connu comme Pepe Sierra, célèbre homme d’affaires de l’époque. Venant de condition modeste (fratrie de 12, fermiers), il s’est converti à de nombreux business jusqu’à devenir le plus puissant commissaire-priseur et prêteur au niveau national. Il fut considéré l’homme le plus riche de l’époque en Colombie.

Il existe également une avenue à Bogotá avec son nom : Avenida Pepe Sierra.

La Casa Hacienda Santa Barbara à été reconvertie en centre commercial dans les années 80. Vous y trouverez aujourd’hui une foule de petits commerces, avec beaucoup d’artisanat colombien mais aussi des marques haut de gamme. Vous y trouverez aussi des cafés et restaurants. On s’y sent comme dans un petit village.

Casa hacienda santa barbara

-L’église Santa Barbara

Faisant face au parc central d’Usaquén, l’église de Santa Barbara est un des trésors architecturaux d’Usaquén. Construite en 1665 pour évangéliser les peuples indigènes, elle à été rénovée plusieurs fois depuis.

C’est un très beau lieu que vous pouvez visiter si vous passez au centre d’Usaquén. Vous pouvez également y aller pour la messe du dimanche.

eglise usaquen

-La gare d’Usaquén.

Situé Calle 110 cra 9, la gare faisait partie du réseau ferroviaire de l’époque. Relié à Bogotá en 1926 pour faire le lien entre Bogotá et les départements de Cundinamarca et Boyaca. Aujourd’hui il ne reste que 2 gares, celle d’Usaquén et celle de « La Sabana », toutes deux déclarées monuments nationaux.

C’est désormais un lieu touristique. La gare est occupée par les bureaux de l’entreprise Turistren.  En effet, vous pouvez désormais monter dans le seul train à vapeur touristique de Colombie.  Pour 58 000 pesos (18€), vous pourrez faire le trajet Bogotá – Zipaquira – Cajica – Bogotá. Consulter les horaires ici.

gare usaquen

 

Petit “Fun Fact” pour terminer cet article, Usaquén était également reconnu pour ces ateliers de sculpture sur bois et ces tissus. C’est ici, dans l’atelier de Huatay, qu’on était fabriqué l’ensemble des tissus de laine qui ont recouvert la cabine d’Apollo 11 dans laquelle Neil Armstrong a voyagé.

 

J’espère que cet article vous a intéressé et que vous visiterez Usaquén lors de votre voyage à Bogotá. N’hésitez pas à laisser un commentaire avec vos impressions sur ce superbe quartier de Bogotá.

Partage cet article :

Autres articles :