Tomar las onces

« Tomar las onces » à Bogotá

Tu vis à Bogotá ou tu es de passage dans la région et tu vois de nombreux « Salon de once » ? On t’a déjà invité à « tomar las onces » mais tu ne savais pas à quoi t’attendre ? Voici un article pour répondre à toutes tes questions sur cette habitude qu’on trouve dans le centre de la Colombie.

Cette tradition se trouve essentiellement dans la région Andine, dans les villes comme Bogotá ou Manizales. Très populaire chez les Colombiens d’un certain âge, on trouve des « Salon de onces » un peu partout dans Bogotá. Je vous invite donc tous à prendre un moment pour vous rendre dans un de ces endroits afin de découvrir cette tradition.

Pour faire simple, il s’agit de la version colombienne du « goûter » français. Le mot français sonne comme le repas que l’on donne aux enfants après l’école. Eh bien en Colombie, « las onces » est plus une histoire de personne adulte voire d’un certain âge. Dans les « salons de onces » on croisera rarement les jeunes (seraient-ils dans les bars ?).

Entre 5 et 7h, les colombiens mangent donc une de leurs spécialités salées accompagnés d’une boisson. Je vous détaillerais dans cet article les différentes spécialités locales qui sont consommées à « las onces ».

La provenance du dicton

Il existe plusieurs possibilités quant à la provenance de cette expression. On retrouve d’ailleurs le concept au chili avec d’autres explications de sa provenance.

En Colombie, l’origine la plus largement acceptée, car beaucoup plus amusante, est celle de l’aguardiente. Il semblerait qu’au 19ème siècle, dans un couvent franciscain du quartier de la Candelaria, les moins ne savaient pas comment se réchauffer du froid de Bogotá. Leurs vint alors l’idée de boire des shots d’aguardiente (alcool Colombien anisé à base de canne à sucre). Afin d’éviter soupçons et autres scandales, ils commencèrent par l’appeler par le nombre de lettres qu’elle contient. Aguardiente, 11 lettres se dit donc « once » en espagnol. Petit à petit devenue une habitude et une expression populaire. Les hommes de retour du travail repartaient « tomar las onces » c’est-à-dire boire un coup. Les femmes commencèrent donc à faire de même avec du thé et des gâteaux. Et c’est ainsi devenu l’expression courante pour le goûter de fin d’après-midi.

Cependant on retrouve la même origine au Chili avec cette fois des ouvriers d’exploitations de nitrates à la place des moines. Cette théorie est en effet plus un mythe citadin qu’une réalité.

Une autre explication nous proviendrait de la bible. En effet les unités de mesure du temps de la bible sont bien spécifiques. La bible divise le jour en 12h, la première au levé du soleil (vers 6h) et la dernière au coucher. Le coucher du soleil correspond donc à l’heure 12 qui est plus ou moins 18h dans notre système. Suivant ce raisonnement, 11h correspond à l’heure de fin d’après-midi. Justement l’heure ou ce regroupe les Colombiens pour le petit casse-croûte de fin d’après midi. D’où le nom « onces ».

Une dernière possibilité plus probable serait que le terme « onces » vienne de la traduction littérale d’un repas anglais nommé « elevenses ». Ce repas se consommait à 11h et était nommé ainsi par les Anglais. Cette coutume fut apportée en Amérique latine. Avec le temps il fut passé en fin d’après-midi mais garda le même nom.

Il existe encore d’autres explications, comme celle d’un groupe de 11 femmes se réunissant pour partager un thé et des gâteaux en fin d’après-midi. Cependant je vous conseille l’explication de l’aguardiente. Beaucoup plus amusante comme anecdote lors d’un repas 😉

Ou « tomar las onces » à Bogotá

Il existe de très nombreux endroits dédiés à cette coutume, généralement appelé « salon de onces ». Vous pourrez vous y asseoir et demander votre boisson et votre gâteau. En général ce sont des sortes de boulangeries, appelé « panaderia ». Il arrive parfois que ce soit des restaurants qui cherchent à attirer une clientèle avant le repas du soir.

Certains endroits sont emblématiques de « las onces ». Je vous en cite quelqu’un ici :

La Puerta Falsa : Calle 11 # 6 – 50

Le plus vieux restaurant de la ville, plus de deux siècles de service aux bogotanais, ce n’est pas rien ! Ils ont gardé religieusement les recettes du chocolat chaud et du Tamal (voir ci-dessous) les plus connus de la ville.

Pastelería Florida : Cra 7 # 21 – 46

Avec plus de 80 ans d’existence, ce lieu est reconnu pour son chocolat chaud (mixe de plusieurs sortes de cacaos) accompagné de pain et de fromage. C’est un lieu incontournable de la coutume de « tomar las onces ».

Casa Santa Clara: Cerro de Monserrate.

L’avantage principal de ce lieu est d’être en haut du Monserrate. Vous pourrez ainsi profiter de votre petite pause repas pour admirer la vue de Bogotá.

Tienda del Café : Calle 119 # 6 – 16

Vous serez situé dans un bel endroit pour profiter de la vue sur la place centrale d’Usaquen. Ils offrent des sortes de menus « once » avec le chocolat chaud et les gâteaux inclus.

Ils en existent certes plein d’autres que je vous laisserais découvrir.

Que mange-t-on à « las onces » ?

Voici une liste non exhaustive de ce que vous pourrez manger à la « once » si vous souhaitez rester dans l’esprit traditionnel.

Almojabana : sorte de beignet à base de fromage frais et de farine de mais. Absolument délicieux, je recomande !

Pandebono : petits pains au fromage qui ressemble d’ailleurs fortement à l’almojabana.

Pandeyuca : similaire au Pandebono mais avec de l’amidon de manioc (yuca).

Tamal : plus un plat qu’un simple accompagnement, il s’agit d’un gâteau de riz, de farine de maïs, de viande et parfois de légumes. Le tout est enroulé dans des feuilles de platano.

Et bien sûr du pain et du fromage. Le fromage n’est pas un fromage fort en goût comme ceux qu’on peut avoir en France. Il s’agit plutôt de queso doble crema ou de queso blanco campesino. Du fromage blanc un peu plus épais ou un fromage frais au goût léger.

Il faut bien sûr préciser, car cela peut surprendre, que le fromage se met dans le chocolat chaud. On le laisse fondre un peu et on le mange ensuite. C’est la tradition !

Que boit-on à « las onces » ?

Chocolat chaud : il s’agit d’un chocolat chaud doux et liquide (contrairement à certains qui sont épais) avec en général une petite touche spéciale, de la cannelle ou du clou de girofle. Toujours servis très chaud pour que vous puissiez y ajouter votre fromage et que celui-ci fonde un peu.

Agua Panela : certains connaissent la boisson rafraichissante à base de Panela et de citron. On vous servira cependant à « las onces » une boisson chaude.  

Thé : et pour terminer vous aurez également le thé pour les amateurs. Tout est bon pour se réchauffer un petit peu à Bogotá.

Et on termine avec un dernier détail, mais non moins important. N’oubliez pas, on ne dit pas « comer las onces » mais « tomar las onces » !

 

Je pense que nous avons fait le tour de la coutume de « las onces ». J’espère que vous aurez une petite pensée pour El Franchute quand vous irez découvrir cette coutume de la zone Andine ! Si vous avez des remarques ou que vous voulez partager votre expérience, n’hésitez pas dans les commentaires 😉

Vous cherchez des activités sportives? 12 activité sportives et originales à bogota entre amis.

Partage cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Autres articles :