facatativa

Parc archéologique de Facatativá

Le Parc archéologique de Facatativá ou encore « Las piedras del Tunjo » (Les pierres de Tunjo) est un parc situé en bordure de la ville de Facatativá. Cette ville est d’ailleurs la deuxième plus importante de Cundinamarca après Bogotá avec environ 120 mille habitants.

Situé non loin de Bogotá, le parc est charmant et outre l’intérêt archéologique (on peut y voir des peintures rupestres sur les nombreux blocs de pierre qui forment le parc), vous pourrez y faire une très agréable ballade. Les formations rocheuses sont assez impressionnantes et font toute la beauté de ce parc.

Comme s’y rendre

En voiture

La ville de Facatativá est située à environ 40km a l’ouest de Bogotá. Il vous faudra donc minimum 1h de route une fois arrivé à la sortie de la ville.

Pensez à prendre du liquide, un péage se trouve sur la route.

En transport en commun

Pour vous y rendre à moindres frais, commencez par vous rendre au terminus de Transmilenio Portal 80. Plus d’info pour se déplacer en Transmilenio.

Une fois au Portal 80, passez les tourniquets (tout en restant dans la station) pour passer du côté des bus normaux. De là vous trouverez des bus partant pour Facatativá. Le nom de la ville ou juste « Faca » sera inscrit sur le bus.

Le coût de ce trajet en bus est de 5 200 pesos (1,5€) et dure environ 1h15. Le bus vous laissera vers la place principale de Facatativá. Vous pouvez y faire un tour, la place est assez jolie.

Une fois sur la place, mettez l’église dans votre dos et remontez le village en partant tout droit. Remontez environ 10 blocs et vous tomberez sur l’entrée du parc. Ou tout simplement, remontez la « Calle 5 » vers le nord.

Le parc archéologique :

L’entrée au parc vous coutera 4 600 pesos (1,3€). Il s’agit du prix pour les visiteurs, les habitants de Facatativá ont un tarif réduit.

Le parc est ouvert du mardi au dimanche de 8h le matin à 16h le soir.

Ce parc fait environ 27 hectares et se trouve à 2 600 mètres d’altitude. Pensez donc à prendre des vêtements chauds mais également de la crème solaire. A cette altitude le soleil brûle rapidement.

J’ai personnellement adoré ma visite du parc, c’est un très bel endroit où il est agréable de se balader. On peut escalader les roches (qui sont vraiment impressionnantes) et s’y prendre en photo, il existe de multiples sentiers qui partent un peu dans tous les sens. Bref, idéale autant entre amis qu’en famille.

Au milieu du parc, vous trouverez une magnifique place entourée de roches. Je vous invite à y faire un tour, également à la voir depuis un des blocs rocheux. C’est superbe.

facatativa

Les peintures du parc :

Vous aurez l’occasion de voir de nombreuses peintures lors de votre visite du parc. Malheureusement pas autant qu’avant les années 70. En effet le parc était ouvert à tous pendant de nombreuses années et les visiteurs ont abîmé les œuvres (qui, fût un temps, était au nombre de 60) notamment via des tags et des feux.

Les peintures sont estimées à plus de 10 mille ans et représentent des scènes de vie et certaines croyances des chasseurs-cueilleurs qui habitaient la région. Ils utilisèrent pour cela des substances minérales telles que l’oxyde de fer (couleur rouge), le charbon ou le manganèse.

Ces populations humaines ont en effet commencé à vivre dans la sabana de Bogotá (la plaine de Bogotá situé entre 2500 et 2600m d’altitude) il y a environ 12 000 ans avec l’amélioration des conditions climatiques. De plus les pierres de ce parc constituaient un abri idéal pour eux. Attention cependant, aucun lien n’a pu être fait entre ces habitants et le peuple Muisca (peuple indigène qui habitait la région à l’arrivée des espagnols).

pinturas facatativa

En bref, cette sortie est une bonne option si vous avez déjà fait les principaux lieux à voir autour de la ville comme :

Et que vous cherchez un plan simple et agréable pour sortie de la capitale.

L’accès est extrêmement facile et ce n’est pas trop loin de la ville. Bref, c’est un super plan 😉

Partage cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Autres articles :