relation homme femme

Les rapports homme-femme en Colombie

 Voici le nouvel article en collaboration, #Team blogeur Colombie ! Nous avons décidé avec Doniphane de Colombianito et Sébastien de Vivre en Colombie de traiter le délicat sujet des relations homme-femme en Colombie. Nous avons écrit tous les trois nos articles sur le thème suivant sans aucune concertation préalable. Chacun à sa manière et selon l’angle qui lui convenait le mieux. Ceci nous permet de vous livrer de manière authentique nos visions sur le sujet.

En espérant que vous appréciez le concept, je vous invite donc à lire également leurs articles sur le sujet :

Je vais vous livrer trois éléments différents concernant les rapports homme-femme. Pas positif ou négatif, juste les éléments que j’ai pu noter qui rentre dans le cadre du thème.  Ces différents points ne sont pas nécessairement connectés.

La Colombie, une société machiste.

Je pense que le premier point à aborder est le fait que la culture Colombienne est encore très machiste. Bien plus que dans les pays d’Europe. 

Voici une analyse très pertinente de la société colombienne.

Cela veut dire que l’homme est celui qui contrôle, qui décide, qui protège, etc. Cela induit des dérives bien entendu. L’homme est donc supérieur à la femme et peut donc se permettre des choses que l’on n’autoriserait pas ailleurs. Bien sur les femmes ont leur responsabilités la dedans. Le machisme est largement accepté par celles-ci en Colombie. 

Le harcèlement de rue est par exemple extrêmement répandue. Il est toute à fait normale de siffler ou de lancer des commentaires à une fille ou à un groupe de fille dans la rue. Bien plus qu’en Europe.

J’ai eu une discussion avec un Colombien qui m’affirmait que les femmes adoraient ça. Qu’elle se sentait mise en valeur. Hors après avoir révélé cela à des Colombiennes, elles m’ont répondu que «ce n’est qu’un corroncho » (beauf !). Cependant parfois les femmes répondent à mon ami qui les interpelle dans la rue.  Il me semble donc qu’une part de la population féminine n’y voit effectivement pas d’inconvénient. Alors que la majorité des femmes européenne serait scandalisé (surtout sachant ce que dit cette personne quand il les interpelle).

Ce n’est qu’un exemple pour illustrer le machisme ambiant et pourquoi je pense qu’une partie des femmes Colombiennes l’acceptent.

Dar muela / Echar muela

Voilà un concept avec lequel j’ai lutté pendant longtemps. Présent dans le monde entier, il est cependant presque vénéré en Colombie.

« Dar muela » (pour la côte) ou « echar muela » (dans le centre) est une expression Colombienne qui signifie profiter d’un homme. Lorsqu’une femme sort avec un homme juste pour qu’il lui paye quelque chose, l’invite quelque part, etc.

L’ensemble des Colombienne se vantent des différents hommes dont elles ont pu profiter. Attention, je ne parle pas de rétribution, elles peuvent l’effectuer en tout bien tout honneur. Certaines autres vont plus loin pour obtenir ce qu’elles veulent.

J’ai ainsi parlé à de nombreuses reprises avec des Colombiennes se vantant de la chose. Elles ne considèrent pas que ce soit de la dépendance auprès des hommes.  Elle profite seulement de la stupidité de certain. Cependant je considère que si elles étaient vraiment indépendantes, elles feraient les choses par elle-même au lieu d’essayer de profiter de quelqu’un. Elles ne partagent pas mon point de vue.

C’est une des choses qui m’agace ici. Les hommes en tant que macho veulent se sentir « provider » (je n’ai pas trouvé de traduction satisfaisante désolé) et se laisse avoir par des femmes qui se vantent après de cela. Certes nous avons cela en France, des filles qui vous demandent des verres en boîtes ou ce genre de chose. Mais là il s’agit d’un autre niveau.

 

Des relations différentes selon les régions

J’ai pu noter des différences significatives dans les relations homme-femme suivant la région de Colombie. Pour les « costenos », les habitants de la côte colombienne, il est normal d’être tactile. A croire parfois qu’il n’y a pas d’espace privé. On peut parfois croire qu’une fille est en train de draguer : elle parle de très près, est très tactile, etc. Or c’est normal pour les costenos.

Au contraire, les « catchacos », habitants du centre de la Colombie, Bogotá en particulier, sont beaucoup plus formels. Plus enclin à mettre une distance entre eux, à se parler de manière formelle. Pas de câlins, de surnoms, et de marque d’amitié trop rapide dans cette région. Alors que c’est naturel sur la côte.

Sortir avec une Colombienne

Voici un point qui intéresse les gens. Il est vrai que certaines choses sont à noter en Colombie qui sont particulières à cette zone. Cette partie est très personnelle et ce base sur mon expérience, mes amies et autres anecdotes.

Il semble que la jalousie soit un trait de caractère particulièrement marqué chez les latins. Il m’est arrivé que l’on me dise que je me comportais de manière étrange en soirée. Il se trouve que je laissais ma copine seule pour aller à droite ou à gauche. Un Colombien ne fait pas ce genre de chose, il reste avec sa copine/épouse constamment.

J’ai également remarqué que les colombienne, du moins de ma génération, ont certaines attentes envers leurs « novio ». Et elles les expriment clairement. Elles ne veulent pas de quelqu’un sans ambition ou qui passe ces journées à rien faire. Je pense que c’est le cas de beaucoup de Colombiens de l’ancienne génération. Elles ont peut-être peut de tomber dans ce stéréotype.

Enfin dernier point, et pas des moins intéréssants. Les Colombiennes sont plus débridées sexuellement. C’est le retour d’à peu près tous les éxpatriés (et autres voyageurs chanceux) sur ce sujet. Elles sont très décompléxées, en parle facilement, sont ouvertes sur le sujet. Bref, un aspect qui intéressera peut-être certains Français qui doutent à nous rejoindre 😉

Je sais que cet article est un point de vue très personnel, aussi je vous encourage de nouveau à aller jeter un œil aux autres articles sur le même thème :

Si vous avez un avis sur la question ou des commentaires sur mes différentes remarques, je vous invite à m’en faire part dans les commentaires.

Lire aussi :

Partage cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Autres articles :