pollucion

La pollution à Bogotá

La pollution a été la cause de la mort de plus de 10 mille personnes en Colombie au cours des 2 dernières années selon le DNP avec 10,5 % des cas enregistrés à Bogotá. Toute personne ayant vécu ou même passé par Bogotá a pu se rendre compte du niveau de pollution. Les impressionnants bouchons qui ont lieu aux heures de pointe et le système de transport Transmilenio (voir article) étant pour grande partie responsable de la pollution à Bogotá.

On vous dira souvent que ce n’est pas la ville la plus polluée de Colombie, place réservée à Medellín qui est en effet une immense cuve. Cependant cela dépend des critères pris en compte. En effet Medellín possède le plus de particule fine (PM2,5). Ce sont les plus dangereuses car plus facilement respirable par l’homme (particulièrement pour les enfants). Bogotá a cependant plus de particules PM10, qui sont moins dangereuses car plus épaisses et moins respirables. Elles n’en sont pas moins de la pollution.

Pollution par région en Colombie : AMVA, article d’El tiempo.

Êtat des lieux de la pollution à Bogotá

Si l’en en croit les autorités, les niveaux de pollutions ont baissé ces dernières années pour atteindre le taux-record minimal de 41 µg/m3 en 2017 (selon l’observatoire de l’environnement de Bogota). Le maximum avait été atteint en 2005 à 74 µg/m3. Sachant que l’Europe recommande un maximum de 40 µg/m3 de PM10 comme moyenne annuelle.

Concernant les particules PM2,5, on serait autour de 23 µg/m3 en 2017. Pour vous donner un point de comparaison, l’OMS recommande 10 µg/m3. L’UE à fixé son objectif à 20 µg/m3.

On s’approche de plus en plus d’un niveau acceptable. Cependant Bogotá est également une ville très corrompue ou on peut se permettre de mettre en doute les informations qui nous sont données par le gouvernement. Vous pourrez par exemple constater dans ce blog un scientifique qui dénonce la manipulation des chiffres montrant des screenshots surprenants de changement de niveaux de pollution soudain.

Selon El Tiempo, en règle générale les autorités de santé et de l’environnement considèrent que les niveaux de pollution de la capitale sont inférieurs aux indicateurs maximum permit au niveau national excepté certains moments de la journée ou des pics de pollution sont constatés. Personnellement cela me paraît douteux au vu de la pollution dans la ville. Cependant les indicateurs permis au niveau national sont élevés (50 µg/m3).

Il est de toute façon recommandé dans les villes pollués de vérifier les niveaux de pollution. Cela afin d’adapter son activité quotidienne. Par exemple si vous pensez faire un footing, il serait intéressant que vous vérifiiez le taux de pollution avant d’aller courir. Aux heures de pointe cela sera bien évidemment déconseillé car vous ingérerez beaucoup plus de particules fines.

Vous pouvez constater les niveaux de pollution officiels sur ces sites :

Cause de la pollution à Bogotá:

La principale cause de pollution de Bogotá se trouve dans les véhicules à moteur. Il existe également de la pollution industrielle. Elle a cependant moins de mauvaise influence sur la santé en ville que la pollution des voitures. On pourra noter de plus à Bogotá que de très nombreuses voitures roulent au diesel. On trouvera de beaucoup de vieilles voitures qui polluent fortement. Il est impossible de marcher dans le centre-ville sans voir régulièrement des nuages de fumée noire. Sortir de voitures ou du Transmilenio.

Il se trouve d’ailleurs que le plus gros responsable pollution de la ville de Bogotá est son réseau de transport public. Le Transmilenio qui a une flotte de plus de 10 000 bus pollue en effet énormément chaque jour. De plus, 80% de sa flotte à plus de 10 ans et roule au diesel, n’arrangeant rien. Les premiers bus qui sont entré en circulation (38% – 773 bus) sont faits pour 850 mille km et ont en grande partie dépassé les 1 200 mille km. Une étude a d’ailleurs montré que les personnes dans les bus sont 6 fois plus exposées à la pollution que les piétons.

Mesures mis en place :

Entre 2008 et 2010, l’université « Los Andes » a travaillé et mis en place un plan de décontamination de l’aire pour les 10 prochaines années. La mairie de Bogotá a adopté ce plan comme politique officiel de lutte contra la pollution. Cependant ce plan a pris plusieurs années de retard et ne sera donc pas exécuté dans les temps.

La mesure que serait jugé la plus efficace pour obtenir des résultats de baisse immédiats de la pollution serait d’équiper de filtres les gros véhicules. Aussi appelé technologie de contrôle d’émissions. Ces gros véhicules impliquent les Transmilenios, les SITP, les camions, etc. Cependant le coût serait considérable. De plus la mairie a rejeté le projet car les filtres sont fait pour des moteurs plus récents (Euro 4 ou plus). Or le Transmilenio est équipé de moteurs Euro 2 (voir paragraphe suivant pour les normes Euro).

La ville de Bogotá a cependant annoncé changer les bus Transmilenios cette année. 48 nouveaux en juin et jusqu’à 1 383 nouveaux en décembre 2018. Ils remplaceront 1 161 anciens bus, la première génération, la plus polluante. La norme Euro 5 devra être suivie par ces nouveaux bus.  C’est en tout cas la demande de la mairie, il faudra voir si cela est respecté. Cette norme est une des plus strictes de la commission européenne et vise à limiter les émissions de rejets polluants.

En parlant de ces mesures, la Colombie à toujours un train de retard. Le gouvernement ne cherchant pas encore à imposer des normes strictes de limitations de rejets polluants par les véhicules à moteur. Ce limitant toujours à la norme Euro 4 alors que de nombreux autres pays d’Amérique latine ont déjà adopté la norme Euro 5. L’Europe a quant à elle adopté la norme Euro 6.

Objectifs:

Le gouvernement à mis en place des objectifs pour l’année 2030. Alors que la Colombie permet 50 µg/m3 de PM10 comme moyenne annuelle, cela passera à 30 en 2030. Cela permettra de réduire approximativement de 6% le risque de mortalité.

 

J’espère ne pas vous avoir trop déprimé avec toutes ces données sur la pollution de la ville. Il faut continuer à aller vers des énergies plus propres pour améliorer la qualité de vie et la santé des bogotanais. Cette pollution n’est pas non plus omniprésente. Je vis personnellement à Bogotá depuis plusieurs mois et ne m’en vois pas gêné outre mesure.

Si vous avez des questions n’hésitez pas dans les commentaires 😉

Partage cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Autres articles :